Le contrat d’assurance « idéal »

Bertrand NERAUDAUBertrand Neraudau
Avocat à la Cour – PARIS
Intervenant EFE sur les formations  « Gérer efficacement les contrats d’assurance » des 27-28 août 2015 et « Lutte contre la fraude à l’assurance » du 31 août 2015 à Paris

Rédaction Analyses Experts : Qu’est ce qui explique la perception souvent négative du monde de l’assurance ?

Bertrand Neraudau : L’assurance apparaît comme un domaine complexe faisant intervenir du droit et des chiffres. De plus, ce ne sont pas les idées de prévoyance ou de sécurité qui priment mais plutôt celles liées à des événements malheureux, le vocabulaire utilisé y est certainement pour quelque chose sinistre, préjudice, dommage, accident, responsabilité…

Face à ce constat, la pédagogie semble être la meilleure arme pour réconcilier les assurés avec les assureurs.

Rédaction Analyses Experts : Quel peut-être l’intérêt pour les stagiaires d’avoir un enseignant-formateur exerçant le métier d’avocat ?

Bertrand Neraudau : Mes activités d’enseignement et de formation sont un complément indissociable de mes autres activités professionnelles.

Je m’efforce d’accompagner les stagiaires dans la compréhension de questions complexes auxquelles ils sont confrontés dans leur environnement professionnel.

La pratique quotidienne du conseil et du contentieux me permet d’illustrer de façon concrète les règles et les principes applicables et d’en faire profiter les stagiaires.

Une bonne connaissance de la jurisprudence, outre une capacité à formuler des préconisations pertinentes et opérationnelles apporte aux stagiaires  une vision concrète de l’assurance.

Rédaction Analyses Experts : Quelles sont les formations que vous dispensez au sein de l’EFE ?

Bertrand Neraudau : J’interviens à l’EFE depuis plusieurs années en dispensant une formation sur le thème de la la gestion efficace des contrats d’assurance ainsi qu’une autre sur celui de la lutte contre la fraude à l’assurance.

Rédaction Analyses Experts : Quel est selon vous le contrat d’assurance « idéal » ?

Bertrand Neraudau : C’est d’abord un contrat clair, dans lequel il est facile de se repérer, dont les garanties sont bien définies, et adaptées aux besoins de couverture de l’assuré.
Pour l’assuré comme pour l’assureur, le contrat doit permettre de savoir ce qui est garanti et ce qui ne l’est pas, afin d’être en mesure à tout moment, et pas seulement après un sinistre, de visualiser l’étendue des garanties.
Plus ces objectifs seront atteints, moins il y aura de litiges au moment où l’assuré aura besoin du contrat et qu’il sera trop tard pour le modifier, c’est-à-dire après la survenance d’un sinistre.
Le contrat est un acte de prévision, ou, en paraphrasant Emile de Girardin, contracter c’est prévoir.

Rédaction Analyses Experts : Quels sont selon vous les principaux enjeux de la lutte contre la fraude à l’assurance ?

Bertrand Neraudau : Après y avoir réfléchi depuis plusieurs années, la fraude est un thème à la fois pluridisciplinaire et transversal.
Pluridisciplinaire car il fait intervenir outre le droit, l’économie, la technique d’assurance, l’actuariat, mais aussi la psychologie ou encore la sociologie;
Transversal car tous les services de l’entreprise sont exposés et sont parties prenantes de la lutte contre la fraude. Une réflexion à ce sujet est susceptible de provoquer une analyse globale de l’entreprise et un audit des points fraudogènes.